Interview : DJ Fab [Académie Hip Hop Français, mai 2001]

Ses débuts.

DJ FAB n’est pas un nouveau venu. En effet du haut de ses 35 ans, il a eu la chance de pouvoir voir le mouvement hip hop grandir. Comme il nous le confit, “ à l’époque, avant même de toucher aux platines je breakais. Je m’entraînais sur le carton à essayer de faire les meilleures phases possibles, des pass pass, des coupoles… J’étais à fond dedans mais je commençais déjà à m’amuser avec les platines. Arrivé à un moment, il fallait faire un choix et entre les bosses et les platines j’ai choisi les platines”.
Au début des années 80, le mouvement hip hop est quasi inexistant en France mais FAB a la chance de pouvoir faire des allers-retours entre la capitale et New York. Ainsi inspiré par ce qu’il avait vu outre atlantique, il nous raconte comment il a eu le déclic: “ là bas, il y avait un décalage : le hip hop était déjà né, il y avait des soirées… Quand «Beat street» s’est tourné, j’étais déjà allé au Roxy, c’était le début des mix et du scratch. J’avais vu DST scratcher devant moi et je me demandais ce qu’il faisait. Quand je suis revenu en France,  où il n’y avait rien, j’ai essayé de refaire ce que j’avais vu. Je ne me disais pas que j’allais faire du scratch car je ne savais même pas ce que c’était. Quand j’ai compris ce que c’était, là j’ai eu le déclic. Mais à l’époque il n’y avait rien, pas de K7 vidéos, c’était difficile d’avoir les vinyls… En fait, c’était comme les breakeurs : à l’époque il fallait être globe trotteur sinon t’étais largué. Mais dès le départ, les platines c’était fait pour moi, je m’éclatais avec ça…». On peut se demander pourquoi un tel acharné des platines n’est jamais devenu un DJ de battle (qui jouissent bien souvent d’une notoriété plus importante) : «J’ai bien fait quelques battles vers 90 quand je devenais un peu performant mais c’était pas trop mon truc, surtout qu’à coté j’avais mes études donc c’était plus une passion pour chez moi. ”

De la Old School…

1984 : l’émission «H.I.P. H.O.P» présentée par Sidney disparaît de l’antenne de TF1, la récupération du mouvement Hip Hop est allée trop loin et le mouvement se meurt. Comme un ultime coup de poignard pour tous les hip hopers, on annonce la mort du vinyl. Malgré cela,  FAB (et quelques autres) n’abandonne pas, achetant tout ce qui sort encore sur Paris afin de continuer à alimenter ses chères MK2. L’argent n’a pas encore été injecté dans le Hip Hop et seule la passion pousse à continuer. FAB a eu la présence d’esprit de ne pas trop s’emballer pendant cette première période faste pour le Hip Hop en France et de continuer des études grâce auxquelles il trouve un emploi qui lui permet de continuer d’assumer sa passion pour le son.

Commence en 1984 une longue traversée du désert qui ne prendra fin qu’en 1990. Fab n’a toujours pas abandonné et est DJ de EJM qui devient rapidement un des groupes incontournables du jeune rap français. A force d’acharnement et grâce à la force de quelques passionnés naît en 1992 la première compilation de rap français. «Rapattitude» fait son arrivée dans les bacs avec tous les groupes du moment et donc forcément EJM et son désormais classique «Elément dangereux».

Fab continue son bonhomme de chemin avec EJM qui sera signé en major et multiplie les collaborations avec entre autre Destroy man, autre figure emblématique du rap de l’époque. C’est avec une certaine amertume que Fab parle de cette époque : il a du seul supporter le poids des investissements de ses machines, chose qui font partie des investissements normaux d’une major pour un de ses groupes. Les jeunes bénéficient des erreurs des Anciens…

Il quitte peu après la France pour la Suisse où il fera aussi connaître son nom.

… A la new school.

De retour en France, il remarque TTC alors qu’ils posent sur ses mix-tapes et, appréciant l’approche décalée du groupe, des liens se créent qui aboutiront à la production du morceau «Trop frais» sur leur premier maxi, sorti en 1999. Il rencontre l’entourage du groupe dont le duo NikkFurie / HiTekk connu sous le nom de la Caution. En 2000, il suit La Caution dans la tournée d’Assassin dont ils assurent la première partie. Le public français  fait connaissance avec les qualités d’ambianceur de Fab qui ne se contente pas d’enchaîner les instrus en posant un scratch de-ci de-là : il n’envisage pas le DJ dans un rôle effacé et se fait un plaisir d’haranguer la foule que ce soit pendant son set précédant l’intervention des MC’s que pendant leur show.

Désormais proche de Kerozen, il sort sur le label indépendant (où sont signés La Caution, James Delleck et le collectif l’Armée des 12 Singes réunissant TTC et la Caution) l’excellente mixtape “Underground explorer” sur laquelle il démontre ses qualités de DJ ainsi que son goût pour l’underground américain le plus pointu.

Dernièrement, on a pu entendre la preuve de ses qualités de showman et le doux son de ses platines tout au long du premier EP «Asphalte Hurlante» de la Caution (dont il est devenu le DJ officiel) sorti le 15 mai. Il faudra en revanche attendre la rentrée pour pouvoir écouter le fruit de son travail sur le premier album de TTC.

Il continue cependant son travail sur mix-tape puisqu’on peut trouver deux sets de DJ Fab sur la dernière mix-tape de La Bande des 4, le collectif proche d’Assassin et que le deuxième volume de «Underground explorer» est bouclé et sur le point d’être révélée au grand public.

C’est sûrement parce que pour lui le DJ est un vrai musicien qu’il prépare un projet d’instrumentales où il laissera la part belle aux DJs et à leurs platines. Jamais à court d’idées, le projet d’une collaboration avec le new yorkais El Da Sensei est envisagée.

DJ FAB est quelqu’un qui a toujours su être fidèle à lui même sans faire de concessions. Il fait parti de ces rares personnes qui peuvent dire qu’elles ont consacré leur vie au hip hop. Un modèle d’humilité et de dévotion… un exemple à suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s